dimanche 20 mai 2018

Mettez un sexe toy dans le Centre d’Union Libéral de Fesse de Bouc !





Avertissement préalable : Ne pas oublier pour suivre le débat de cliquer sur les liens en bleu dans le texte.

    
Eh bé voilà on y est au panneau ! Des amis patriotes (les Identitaires : voir ici : http://www.les-identitaires.com/. Adresse : Les Identitaires BP 13 06301 Nice Cedex 4 Email : contact@les-identitaires.com) ont vu en quelques jours, leurs pages Facebook locales et nationale toutes supprimées, peu de temps après que leur compte Twitter qui a connu le même sort. C’est une nouvelle grave pour le mouvement mais davantage encore pour l’exercice des libertés publiques en France. Des entreprises privées en état de monopole et à la botte du pouvoir marxiste culturel (Pour ceux qui se pose la question : lire : What is Cultural marxism) s’octroient le nauséabond pouvoir de décider quelles opinions ont droit de cité dans le débat politique. La critique de l’islamisation et de l’immigration massive est donc désormais interdite verboten, du verstehst den französischen schweinekopf ? Interdit et censuré en tout cas pour le patron de Facebook France, ancien préfet de la Ripoublique avec galons et casquette, Laurent Solly (Laurent Solly, né Laurent André Jean Solly, le 27 mars 1970 à Villefranche-sur-Saône (Rhône), un très très haut fonctionnaire et très très grand dirigeant très très intelligent de l'audiovisuel français libre et démocratique comme en Corée du Nord qui est un poème marxiste culturel à lui seul. Après avoir fait partie de la garde rapprochée du très très grand petit président Sarkozy, il entre à TF1 (propriété de Martin Bouygues 30èmè fortune de France cliquez ici on parle lui et de ses potes et de leur fameux slogan : «Gardarem nos melons !»), puis monsieur Solly passe à Facebook Fesse de Bouc France où il devient directeur général avec plein d’étoiles. Monsieur Solly, avait été reçu à l'École Nationale d'Administration (ENA, promotion Victor Schœlcher, 1994-96).
Il en sortira diplômé en 1996. Le très très très grand directeur général à cinq étoiles avait alors commencé sa magnifique carrière comme apparatchik du pouvoir marxiste culturel et sous-préfet au champ, directeur de cabinet du préfet du Lot-et-Garonne (1996-98), puis du préfet du Var (1998-99), et secrétaire général de la préfecture du Territoire de Belfort (1999-2001). Après avoir été chargé de mission à la direction coordination groupe et à la direction des achats à EDF (2001-03), il devient en 2004 conseiller technique au cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre d'État, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité intérieure et des Libertés locales (sans rire SVP). Il le suit comme chef de son cabinet au ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie (2004), devenant également son directeur de cabinet à la présidence de l'UMP (2004-05). Chef de cabinet de Nicolas Sarkozy quand il redevient ministre d'État, ministre de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire en 2005 comme conseiller technique, il est promu préfet hors cadre, chargé d'une mission de service public relevant du gouvernement, en 2006. Il est directeur adjoint de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Dans ce contexte, il déclare: «La réalité n'a aucune importance, il n'y a que la perception qui compte».
Monsieur le directeur Général Solly est d’autre part un membre du club Le Siècle, au départ cercle «mondain», fondé en 1944 par le journaliste radical-socialiste et franc-maçon Georges Bérard-Quélin (fondateur de la Société Générale de Presse qui édite des lettres d’information professionnelle confidentielles comme La Correspondance de la presse et Le Bulletin Quotidien), réunissant des membres parmi les plus puissants et influents de la classe dirigeante française. On y retrouve toute la nomenklatura marxiste culturelle de la Ripoublique, de hauts fonctionnaires, presque tous les patrons des grandes entreprises, des politiciens de droite et de gauche, des banquiers, des magistrats, la plupart des grands dirigeants de la presse, des médias et de la communication, des journalistes «qui font l'opinion», des économistes, quelques universitaires et quelques syndicalistes. 

*****************

PUBLICITÉ


Lire ou faire lire Note9 ? 
Livre pernicieux, mis à l’index des livres interdits par la nomenklatura marxiste culturelle merdiatique Française et par le Saint-Siège de la bienpensance intellectuelle politiquement correcte qui a quand même un avantage, puisque notre Saint père le pape en dira : «Note9 est une sainte perle de l’ethnographie politique! On peut bien sûr ne pas être d'accord avec cet auteur, mais il a le mérite de ne pas faire de langue de bois. Chaque biographie qu’il nous donne est étudiée à travers l’histoire... évidemment lourde de sens pour la compréhension du positionnement des hommes politiques d’aujourd’hui».
Le lien pour commander Note 9, livre aux 558 très belles pages entièrement écrites avec deux doigts de l’homme et des lettres latines formant des mots en Français de France, c’est simple cliquez ici: Se procurer Note 9
*****************

Outre la  Trilatérale, le Council on Foreign Relations ou autre Bilderberg group (en savoir plus ici), chez nous en Rance qui pue, dans notre belle Ripoublique de Francarabia nous avons «Le Siècle». Ultra sélectif, ce «club» ou l'on retrouve la nomenklatura marxiste culturelle et le dessus du panier du politiquement correct des hauts fonctionnaires, des chefs d'entreprises, des hommes politiques de droite ou de gauche, des journalopes stipendiés de premier plan, quelques universitaires propagandistes etc. Joseph Caillaux, malheureux instigateur de l'impôt sur le revenu, dans Où va la France? Où va l'Europe?, écrira déjà  en 1922 : «Gouvernant ceux qui sont censés gouverner, régentant l'opinion par leur presse stipendiée, les capitaines d'industrie, les profiteurs, les bourgeois qu'ils se sont associés, tous ceux qui marchent dans leur sillage, loups ou chacals qui reviennent des champs de bataille les crocs humides de sang, sont les maîtres de l'Europe».
La discrétion de ses membres est à la hauteur de son influence. Un mercredi par mois, place de la Concorde à Paris, la fine fleur de la communication et des médias pénètre discrètement dans les salons de l'Automobile club de France. Ce n'est pas l'amour des voitures qui rassemble Maurice Lévy (Publicis), Alain de Pouzilhac (Havas), Serge July (Libération) ou Patrick Poivre d'Arvor (TF1), mais un dîner en compagnie de Nicolas Sarkozy, Dominique Strauss-Kahn, Thierry Breton, Claude Bébéar ou Nicole Notat. Tous sont membres du Siècle, le plus prestigieux des cercles de décideurs marxistes culturels  hexagonaux. Les ministres membres se comptent sur les deux mains, de Jean-Pierre Raffarin à François Fillon. Les barons du Parti socialiste aussi, comme Lionel Jospin ou Laurent Fabius. Le milieu des affaires n'est pas en reste, avec la quasi-totalité des grands patrons, de Louis Schweitzer (Renault) à Michel Pébereau (BNP Paribas). Sans oublier la plupart des dirigeants de la presse et de l'édition, d'Odile Jacob à Jean-Marie Colombani, en passant par Claude Imbert et Laurent Joffrin. Ce n'est ni une mafia, ni une loge, mais n'entre pas qui veut. La sélection est rude. «On ne choisit pas le Siècle, c'est lui qui vous choisit !». Quelques noms à voir en cliquant ici.
Les responsables des organisations marxistes culturelles exerçant le pouvoir réel en France ne sont pas élus, et le public n'est pas informé de leurs décisions (sauf bien évidemment les pauvres Identitaires qui n’ont pas l’heur de plaire au pouvoir. La marge d'action des états est de plus en plus réduite par des accords économiques internationaux pour lesquels les citoyens n'ont été ni consultés, ni informés. Tous ces traités élaborés ces dernières années (GATT, OMC, AMI, NTM) visent un but unique : le transfert du pouvoir des états vers des organisations non-élues et politiquement correctes ou marxistes culturelles. Les citoyens continuent à voter, mais leur vote a été vidé de tout contenu. Ils votent pour des responsables qui n'ont plus de pouvoir réel. Et c'est bien parce qu'il n'y a plus rien à décider que les programmes politiques de droite molle et de gauche tartignolle en sont venus à tant se ressembler dans tous les pays occidentaux. Les responsables du pouvoir économique sont quasiment tous issus du même monde, des mêmes milieux sociaux. Ils se connaissent, se rencontrent, partagent les mêmes vues et les mêmes intérêts. Ils partagent donc tout naturellement la même vision de ce que devrait être le monde idéal futur. Il est dès lors naturel qu'ils s'accordent sur une stratégie et synchronisent leurs actions respectives vers des objectifs communs, en induisant des situations économiques favorables à la réalisation de leurs objectifs, à savoir : l’affaiblissement des gouvernements, la déréglementation, la privatisation des services publics, le désengagement des états des secteurs de l'éducation et de la recherche, la précarisation des emplois et le maintien d'un niveau de chômage élevé entretenu grâce aux délocalisations et à la mondialisation du marché du travail ce qui accroît la pression économique sur les salariés, la réduction des aides sociales afin d’accroître la motivation du chômeur à accepter n'importe quel travail.                                                                                                             Tous les éléments de contrôle nécessaires à une future dictature mondiale marxiste culturelle sont désormais en place. Le pouvoir n'y est plus de type représentatif ou électif, il est exercé directement par ceux qui contrôlent le système financier et la production des marchandises. Les instruments de ce pouvoir sont le contrôle de la technologie, de l'énergie, de la monnaie et par-dessus tout de l'information.                                                                       Tiens puisque j’en tiens un gros, continuons avec notre très grand directeur général monsieur Solly, lumière vivante de la sagesse politique qui éclaire le monde. En 2007, il ne rejoint pas Nicolas Sarkozy à l'Élysée comme prévu. Il intègre le 23 mai 2007 la holding du groupe Bouygues, où il doit effectuer un «parcours d’intégration» puis rejoindre TF1 «où il deviendra directeur à la Direction générale. Ses missions seront définies à ce moment-là», indiquera monsieur Bouygues. Le 22 juin 2007, il est officiellement nommé directeur à la Direction générale du groupe TF1, chargé «des missions opérationnelles et fonctionnelles, notamment la mise en place d'une direction des achats groupe». Selon Le Point, il devient de facto numéro deux de la chaîne.
Cet énarque aura été le plus résistant des grand Vizir de Teuf One. Au total, il a tenu six ans, exerçant diverses responsabilités : directeur des achats, patron des chaînes thématiques, et enfin numéro deux de la régie publicitaire. L’arrivée en 2007 du chef de cabinet de Nicolas Sarkozy avait été imposée par Martin Bouygues, à la grande fureur du Calife Nonce Paolini (le Nonce cédera sa place de PDG de TF1 en 2016 à 66 ans, à Gilles Pélisson). Car l’ambitieux et génial Solly avait un objectif simple : devenir calife à la place du calife. L’idée n’était pas si folle, aucun candidat à la succession de Nonce ne se détachant en interne ; le PDG, en outre, avait bien pris soin de n’en désigner aucun. Monsieur Solly était donc allé tâter le terrain du côté de Martin Bouygues, espérant lui arracher la promesse d’être celui-là… Bien tenté. Mais raté. D’autant que cette ambition un peu trop voyante lui avait valu de se mettre les autres directeurs à dos. Ses équipes s’épuisaient en résolutions de conflits internes : c’était à qui trouverait un moyen de ralentir les projets qu’il portait ! En 2012, Nonce Paolini un ancien de chez Bouygues lui aussi enterra lui-même un projet de mini-bouquet de télévision par satellite sur lequel Solly avait travaillé pendant des mois. Et ce n’était pas pour des raisons d’argent : le projet ne coûtait même pas un million d’euros ! Monsieur l’incomparable sage Solly véritable soleil du XXIème Siècle jettera l’éponge, la pelle, la pioche, la faucille et le marteau en 2013, suite à une triple contrariété. Une première fois en effet, il avait espéré parvenir à ses fins sur la base d’un plan simple : Nicolas Sarkozy réélu, Martin Bouygues ne pourrait rien lui refuser. Caramba ! François Hollande est élu. Nonce Paolini en a-t-il profité pour programmer, l’air de ne pas y toucher, la mise à feu du fauteuil éjectable de l’éveillé ? Toujours est-il qu’en janvier 2013, il met en place un comité exécutif resserré de huit membres dont ce cher homme pressé ne fait pas partie.                                                                           Mais pendant ce temps ; à l'été 2012, Facebook France était perquisitionnée par les services fiscaux français, qui à l'automne, continuaient de mettre la pression sur la société. C'est dans ce contexte qu'au début 2013, Facebook France se met à la recherche d'un dirigeant susceptible de calmer l'administration française. Alors que monsieur Solly n'était pas en recherche d'un nouveau poste, il est tout de même contacté par l'entreprise américaine pour occuper le 25 avril 2013 le poste de directeur général spécialement créé pour lui. Il entre en fonction le 3 juin.
Faut-il qu’il ait été malheureux notre messager des Dieux socialistes pour avoir accepté un poste comme celui-là ! Car on dira ce qu’on voudra : «directeur général de Facebook France», cela fait joli sur une carte de visite. C’est très bien payé, mais la filiale emploie moins de trente personnes, et ne disposait à l’époque d’aucun pouvoir décisionnaire, se contentant d’exécuter la stratégie décidée en Californie…
Mais depuis sa prise de fonctions en 2013, Facebook France, contrairement à d'autres GAFAM n'a plus fait l'objet de perquisitions. La direction de Facebook avait annoncé dès 2012 qu’elle s’emploierait à «travailler avec les autorités compétentes afin de s'assurer que l'entreprise est en conformité avec la loi». Le 31 août 2016, monsieur Solly étend son périmètre et prend la direction Europe du Sud de Facebook (Portugal, Espagne, France et Italie). Il parraine depuis 2015 l'école supérieure de communication digitale de Besançon. 


Nos amis patriotes de Génération Identitaire sont indignés car le directeur de la DILCRAH (Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT), lui aussi très haut-fonctionnaire politiquement correct et propre sur lui, a lui aussi revendiqué la suppression de la page de Génération Identitaire. Il s’agit de monsieur Frédéric Potier, délégué interministériel préfet en mission de sévices publics, nommé Délégué Interministériel à la lutte contre le Racisme et l’Antisémitisme en Conseil des Ministres le 3 mai 2017.
Monsieur le petit  Potier jeune délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme et la Haine anti-LGBT (L'expression «Lesbiennes, gays, bisexuels et trans» et son sigle «LGBT» sont utilisés pour désigner les personnes non hétérosexuelles et/ou non cisgenres (cisgenre décrit un type d'identité de genre où le genre ressenti d'une personne correspond à son sexe de naissance). Si l'acronyme LGBT (parfois GLBT) se veut représentatif des personnes non hétérosexuelles et est le plus utilisé, il est parfois complété pour être plus inclusif : par Q pour «queer» ou «en questionnement (sur son orientation sexuelle)» : on dit alors LGBTQ ou LGBTQQ ; il y aussi I pour «intersexe» : on dit alors LGBTI ou LGBTQI. Dans les principes de Yogyakarta, «LGBTI» est utilisé (principes de Yogyakarta, Série de principes sur l’application du droit international des droits de l'homme en matière d’orientation sexuelle et d’identité de genre pour la protection et pour l'interdiction absolue de la discrimination contre les personnes LGBT et intersexuées selon la Déclaration universelle des droits de l'homme, sous l'influence de Louise Arbour, Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, qui a joué un rôle de premier plan dans l'adoption de la Déclaration de Montréal sur les droits humains des LGBT. Les principes de Yogyakarta (en Indonésie) ont été présentés devant le Conseil des droits de l’homme des Nations unies le 26 mars 2007. Compte tenu ces principes, l’Assemblée générale des Nations unies a énoncé la Déclaration relative à l'orientation sexuelle et l'identité de genre le 18 décembre 2008). Mais ce n’est pas fini, il existe aussi A pour «asexuel» (personne n'éprouvant aucune attirance sexuelle vers quelque genre que ce soit) et P pour «pansexuel» ou «polyamoureux»). Monsieur Potier a lui aussi revendiqué la suppression de la page de Génération Identitaire.  
                                                                                                                                Comme monsieur Solly, l’apparatchik marxiste culturel et as du politiquement correct monsieur Frédéric Potier  né en janvier 1980, a côtoyé les grandes instances du pouvoir logocratique marxiste culturel tout au long de sa carrière (La logocratie partie intégrante du marxisme culturel est un régime «idéologique» où règne une parole officielle, une vérité officielle constituée de phrases slogans et de discours prophétiques. Le langage ne sert pas qu'à dénommer les choses ou à donner du sens, il devient l'instrument du pouvoir et un moyen de domination). Après un parcours universitaire à Sciences Po (de chambre ?) et  comme monsieur Solly à l’ENA, il se tourne vers les affaires intérieures, l’aménagement du territoire et l’Outre-Mer des domaines d’intervention dont, atteint du syndrome du garde champêtre et dit en Novlangue il apprécie «le caractère concret». Il fait ses premiers pas de très haut-fonctionnaire au sein du Ministère de l’Outre-mer de 2006 à 2008 comme chef du bureau des affaires politiques et des libertés publiques (ne pas rire comme un bossu SVP). Ensuite, il deviendra le directeur de cabinet du Préfet de la Région Centre, d’avril 2008 à octobre 2009. Potier occupera durant trois ans le poste de chef du bureau des élections au sein du Ministère de l’Intérieur. Dès juillet 2012, Frédéric  Potier entre au cabinet du socialiste Claude Bartolone, président de l’Assemblée Nationale. Durant deux ans, il est en charge des affaires constitutionnelles, de l’intérieur et l’outre-mer.  Après le pouvoir législatif, monsieur Potier rejoint le pouvoir exécutif. En 2014, il intègre le cabinet du socialiste Manuel Valls en tant que conseiller technique outre-mer.
                                                                                                                                                            Fort de son expérience de chef du bureau des élections au Ministère de l’Intérieur, Frédéric Potier est aussi un spécialiste du scrutin électoral.
Comme tous les logocrates marxistes culturels d’Europe, monsieur le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme etc. etc. monsieur Potier, vient nous expliquer (nous inculquer et tenter de nous convaincre) que le nouvel antisémitisme prend deux formes. «Il y a un regain car on n’a pas été vacciné par Auschwitz et donc l’antisémitisme est croissant depuis une dizaine d’années», explique-t-i, ce qui est faux et ridicule, cet antisémitisme-là est tout au plus anecdotique mais toujours aussi fantasmé par les socialistes mais pas par les forces de gauche notamment les communistes et l’ultra gauche. «Il est nouveau car il est alimenté par l’islamisme radical, par l’instrumentalisation de ce qui se passe au Proche-Orient», ajoute le préfet délégué interministériel. Ce nouvel antisémitisme se retrouve de manière forte dans les quartiers populaires (Terme trompeur de la logocratie marxiste culturelle qui désigne aujourd’hui des zones de non droit où la population est majoritairement d’origine immigrée) Il faut dire aussi que notre préfet thaumaturgique, délégué interministériel vient en ajouter une petite louche bien socialope, arguant faussement que : «cet antisémitisme est aussi alimenté par l’ancien antisémitisme, un antisémitisme traditionnel issu de l’extrême-droite (extrême-droite : Mot sidérant ; qualificatif péjoratif donné à la droite de conviction et à ceux qui contestent le système marxiste culturel dominant. C’est aussi en logocratie marxiste culturelle le technique du bouc émissaire : en jetant l'anathème sur un groupe d'individus, accusés à tort d'être responsables d'un problème réel (ou supposé), le logocrate marxiste culturel peut éviter de parler des vrais responsables, et n'a pas à approfondir le problème lui-même.), qu’on voit sur les réseaux sociaux», souligne monsieur le très très grand apparatchik et mirifique préfet délégué interministériel Potier. «Les réseaux sociaux sont le nouveau champ de bataille de la lutte contre l’antisémitisme», annoncera aussi le merveilleux délégué interministériel. «Le Premier ministre a annoncé le 19 mars le fait de modifier la loi pour la confiance dans l’économie numérique qui remonte à 2004», rappelle-t-il. «Aujourd’hui la loi n’est pas à jour, pas suffisamment efficace. Il faut qu’on prenne exemple sur l’Allemagne qui a voté une loi qui pose des contraintes importantes aux plateformes numériques en termes de retrait de contenus illicites», indiquera en plus monsieur Potier


Les voies de recours internes au réseau étant désormais épuisées, Génération Identitaire portera cette affaire en justice, jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme s’il le faut. Soutenez les face à la répression.

Génération Identitaire sont les premiers, le prochain sur la liste sera : fdesouche l’avatar sur fesse de bouc de fdesouche.com. Suivi sans doute de Riposte Laïque et de résistance républicaine.

Le 7 mai 2018 monsieur Ivan Rioufol (Lefigaro)écrira : 
                                                                                                                      Le scandale : dès qu’il s’agit d’immigration ou d’islam, la censure officielle veille et tranche. Dimanche, le préfet Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT a tweeté, amusé, en réaction à la suspension des comptes Facebook et Instagram du mouvement Génération Identitaire : «Je confirme, et ce n’est pas un incident technique…». Il faut donc comprendre que cette sanction a été demandée par les pouvoirs publics (Ce qui au vu de ci-dessus ne fait aucun doute). Il est reproché à Génération Identitaire de mener des campagnes contre l’immigration et l’islamisation, et ce faisant «d’attiser la haine». Cette organisation, qui défend une Europe des nations, avait symboliquement bloqué dernièrement le col de l’Echelle (Hautes-Alpes), point de passage des clandestins. En réponse à l’opération «Défend Europe», le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb avait dépêché des renforts de police et de gendarmerie, prenant acte de la faiblesse des contrôles aux frontières alpines et donc de la justesse de la cause. A contrario, ni Potier ni les responsables de Facebook n’ont jugé utile de suspendre le compte des black-blocs (ici et ), ce mouvement anarchiste et anticapitaliste (c’est-à-dire de gauche ultra) qui a fait de la violence et de la haine des flics sa signature. L’autre jour, Libération a fait sa une sur un de ces petits néo-fascistes, en lui accordant un entretien complaisant. Samedi, le maire de Béziers, Robert Ménard, a été agressé physiquement, à Saint-André-de-Cubzac (Gironde) par des militants de gauche, sans que personne ne s’émeuve. Le tort de Ménard est de soulever les problèmes liés à l’immigration de masse et à l’islam politique. Sur ces sujets, la gauche a lâché les chiens.
Dans son best-seller qui vient d’être traduit en français, le journaliste britannique Douglas Murray rappelle cette anecdote : nous sommes en 2015, et la chancelière allemande, Angela Merkel, cherche à étouffer les débats qui naissent de sa folle idée d’accueillir plus d’un million de réfugiés musulmans qui fuient les conflits régionaux ou la misère endémique. Murray raconte : «Merkel a demandé au fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, s’il était possible d’empêcher les citoyens européens de critiquer sa politique migratoire sur Facebook. «Allez-vous y travailler ?», lui avait-elle demandé. Il lui avait assuré que oui (…) ». Et Murray de conclure : «Il est fascinant de voir à quel point nous avons été censurés, alors que nous étions en train d’ouvrir grand nos frontières». C’est cette même intolérable atteinte à la liberté d’expression qui se poursuit en France dans l’indifférence générale. Quand ce n’est pas le pouvoir qui cherche à mettre l’internet sous surveillance, c’est la justice qui sort son gourdin. C’est ainsi qu’Eric Zemmour a été condamné jeudi par la cour d’appel de Paris à 5000 euros d’amende pour provocation à la haine religieuse pour avoir notamment estimé qu’il fallait donner aux musulmans «le choix entre l’islam et la France». Mais Napoléon a dit la même chose aux Juifs quand, en 1807, il a convoqué le Grand Sanhédrin en le sommant de choisir entre les valeurs de la nation et celles du judaïsme. Ceux qui cherchent à museler l’esprit critique sur l’immigration et l’islam radical se rendent complices de bouleversements identitaires et culturels potentiellement considérables. Ceux-ci peuvent très légitimement être jugés dangereux et inacceptables.

Publicité

********************************** 
 Qu'est-ce que le marxisme culturel ?

**********************************

Comme je suis pour la liberté d’expression la plus totale, je joint le commentaire ci-dessous reçu sur un de mes blogs de la part d’un individu se disant : Militant de la France Insoumise et du MRAP : «Avertissement : Attention avant de cliquer sur le lien ci-dessus car la notion de marxisme culturel pour le politiquement correct de la gauche à la droite Française décrit une nidoreuse théorie du complot également désignée, de façon plus récente, par les abominables néologismes conspirationnisme ou complotisme dans les atroces milieux conservateurs et d'extrême-droite à donf, d'après laquelle la merveilleuse et éclairée École de Francfort ou Institut de Recherche sociale (en allemand Institut für Sozialforschung (ISF), de l'université Goethe de Francfort-sur-le-Main fondé en 1923 par des humanistes marxistes allemands en vue de développer un excellent et fantastique marxisme scientifique). Ces abominables personnages d’extrême droite fascistes négationnistes et racistes comme l’auteur de cet abominable livre digne du Protocole des sages de Sion ou de Mein Kampf osent avancer de plus que cette «école» et l’excellente et démocratique pensée politique de gauche sont à la base d'un complot qui viserait à détruire la culture occidentale (on croit rêver).
Dans cet abjection de «facho» l’auteur sorte d’individu arriéré qui demeurent sceptiques devant la fabuleuse mondialisation, la paradisiaque Europe de Bruxelles, le laxisme généralisé ou encore – et surtout – l’étourdissant  vivre-ensemble  et l’urgence d’ouvrir nos frontières aux exquises foules en migration. Est-il besoin de préciser qu’outre manifester cet anticommunisme primaire avec cet immonde sentiment d’appartenance ethnoculturelle patriotique, sioniste et historique relève, de facto, d’un comportement plus que fasciste qui devrait être sévèrement puni par la loi et son auteur guillotiné ou pour le moins emprisonné à vie. Ajoutons qu’il ne manque pas de vrais femmes et hommes de gauche démocrates et tolérants et de beaux esprits mêlant psychanalyse et sociologie pour avec raison avertir que tous les individus dissidents tel l’auteur de l’abêtissant «Qu'est-ce que le marxisme culturel ?» se démarquant nettement de la thaumaturgique et remarquable pensée marxiste dite à tort unique et glissant inconsciemment dans l’idéologiquement incorrect sont autant de fachos potentiels. Effrayant, vous dis-je. L’avenir s’assombrit. Certains affirment même (les niais) que  le fabuleux politiquement correct n’est pas une mode ou une convenance mais bien une idéologie, également connue sous le nom de Marxisme Culturel, autre approche du Marxisme, mise au point par des Marxistes, en vue de détruire la civilisation occidentale, en instituant la tyrannie des minorités - raciales, culturelles, sexuelles, religieuses - sur la majorité traditionnelle. Comment peut-on croire ça ? D'après ces abjects protagonistes de la faschosphère, la bonne théorie marxisme scientifique, le multiculturalisme et le politiquement correct viseraient à détruire la société occidentale et seraient le produit de la théorie critique. Non mais et puis quoi encore, la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’alu ?».


*****************

PUBLICITE



Lire ou faire lire Note9 ?
Comme je suis d’une honnêteté scrupuleuse, je me vois obligé de vous donner le beau texte d’un lecteur de Note 9 qui n’a pas apprécié apparemment le livre. Allez, on y va : «Le vrai visage de l’extrême droite ! Plus que d’extrême droite, un livre à droite de l’extrême droite ultra nationaliste abjecte, Alain de Bornay son auteur laisse transparaître sans l’écrire expressément bien sûr, mais pour les avertis républicains, socialistes et communistes dans ce livre odieux, on sent bien sa nauséabonde admiration pour les suprématistes blancs des Etats Unis et le Ku Klux Klan en particulier de cet auteur, son anticommunisme primaire qu’il ne cache pas ne laisse sans aucun doute, voir un débridé et inconditionnel pour le troisième Reich et ses thèses fascistes haineuses et antisémites. Sa haine viscérale du progressisme, du pacifisme, de la démocratie populaire, de la tolérance et des droits de l’homme font de lui un des pires néonazis de ce début du vingt et unième siècle, ce livre abominable est à vomir… ! Mein Kampf c’est du pipi de chien à côté de cette abjection ! Je l’ai commencé et n’ai pu aller jusqu’au bout, sur que le reste était de la même tonalité, trempée dans la haine. Sûr que comme sur sa page Facebook on y «like» des articles relatant l'incendie d'un centre d'accueil pour migrants, qu’on y parle de «race pure», de «croisade». Des pages homophobes, islamophobes, racistes dignes des années 30, des pages pleines d’injures, de grossier mensonges, d’approximation d’extrême droite, de haine de l’autre, de racisme, d’homophobie, de sexisme, de sionisme nauséabond (ce qui est pire que l’antisémitisme ordinaire et démocratique), d’acrimonie anti communisme primaire et même secondaire, de haine des sans-papiers et des malheureux migrants, d’islamophobie viscérale etc. Signé : Un militant anonyme du MRAP des Landes.

*****************



En 2011 Wikipédia donnait pour le marxisme culturel une définition qui sans être vraiment bonne se rapprochait de la vérité en disant que ce marxisme culturel est une forme de marxisme qui analyse le rôle des médias, l'art, le théâtre, le cinéma et les institutions culturelles de la société en mettant de l'emphase sur les luttes de genres, de classes et d'ethnies. Formulé par l'école de Francfort et Herbert Marcuse, il aurait contribué à la montée de la rectitude politique en Occident. Il s'agit d'un moyen culturel et non-révolutionnaire pour revendiquer l'abolition des classes et l'égalitarisme absolu. Il convient d’y préférer bien sûr et de toute façon  l’excellente définition donnée par liberpedia.org sur le Marxisme culturel ou de lire le livre gratuit sur la toile: "What is Cultural Marxism" écrit avec mes petits doigts de l’homme à moi !


Prenez connaissance ci-dessous du communiqué de Génération Identitaire du 17 mai 2018 :
Facebook revendique la censure des discours anti-immigration et de tous «les arguments qui consistent à restreindre ces politiques» !

 Le 16 mai 2018, Monika Bickert, directrice de la politique des contenus sur Facebook, a, dans des propos rapportés par RTL, détaillé les moyens mis en place par le réseau social pour assurer une meilleure modération des contenus partagés. Expliquant les différents niveaux, elle a assuré que le niveau 3 concernait «les appels visant à exclure ou à isoler une personne ou un groupe de personnes. Nous n’autorisons pas les critiques à l’égard des politiques d’immigrations et les arguments qui consistent à restreindre ces politiques». Une ambigüité existerait dans les traductions anglaises. Néanmoins, dans les «Conditions Générales d’Utilisation» de Facebook présentes sur leur site internet, on retrouve également ces mêmes propos noirs sur blanc.

N’en déplaise à Facebook, la critique de l’immigration est non seulement légitime mais autorisée en France. D’autre part, c’est une opinion largement partagée : rappelons à Monika Bickert que 63% des Français considèrent qu’il y a trop d’immigrés en France (Institut BVA, 07/02/2018). A-t-elle pour projet de censurer ensuite des millions de Français qui ne souhaitent pas voir leur civilisation être détruite par l’immigration massive ?

Génération Identitaire réclame que la liberté d’expression des opposants à l’immigration soit assurée. La censure dont nous faisons l’objet aujourd’hui nous vise car nous avons été en première ligne avec notre action pacifique dans les Hautes-Alpes. Aujourd’hui c’est nous, demain ce sera vous !



Votre serviteur Michel Alain Labet de Bornay, Gérant de société (Le Luc en Provence) a signé le 18-05-2018 et ajouté ce commentaire : Bientôt sur la toile un nouvel article de Michel Alain Labet de Bornay : Mettez un sex toy dans le Centre d'Union Libéral de Fesse de Bouc !

Revenons à nos bons «amis» de Fesse de Bouc.
Il y en a un là sur Framablog qui demande:" Et si on laissait tomber Facebook?" et qui dit : «Ça semble fou quand on met le tout bout à bout !
  • Facebook crée de fausses recommandations de produits venant de vous pour vos amis – et ils ne vous le disent jamais.
  • Quand vous voyez un bouton « J’aime » sur le web, Facebook est en train de repérer que vous êtes en train de lire cette page. Il parcourt les mots-clés de cette page et les associe avec vous. Il sait combien de temps vous passez sur les différents sites et les différents sujets.
  • Ils lisent vos messages privés et le contenu des liens que vous envoyez en privé.
  • Ils ont mis en place des fonctionnalités qui allument le micro de votre téléphone – vu leurs antécédents de changement de paramètres de confidentialité, une surveillance audio peut très probablement commencer sans que vous le sachiez.
    Ils peuvent utiliser
    la reconnaissance faciale pour pister vos déplacements avec des photos, même celles qui ne sont pas sur Facebook (les photos prises depuis les téléphones contiennent des informations sur la date, l’heure et la localisation GPS).
  • Ils repèrent votre localisation et l’utilisent pour trouver des informations sur vous, si par exemple vous êtes malade (si vous êtes chez un médecin ou un spécialiste), avec qui vous couchez (qui est à vos côtés pendant la nuit), où vous travaillez, si vous êtes en recherche d’emploi (un rendez-vous d’une heure dans les bureaux de la concurrence), etc.
  • Ils ont organisé des campagnes de quasi-dénonciation pour inciter par la ruse les amis des gens à révéler des informations sur eux, alors qu’ils avaient décidé de les garder secrètes.
  • Ils utilisent l’énorme quantité de données qu’ils ont sur vous (avec vos «J’aime», ce que vous lisez, ce que vous écrivez mais que vous ne publiez pas) pour créer des profils très précis de qui vous êtes – même si vous faites tout pour garder ces choses secrètes. Il y a des techniques statistiques, qui existent depuis des décennies en marketing, pour trouver des modèles comportementaux en corrélant les actions et les caractéristiques d’une personne. Même si vous n’avez jamais publié quoi que ce soit, ils peuvent facilement déduire vos âge, sexe, orientation sexuelle et opinions politiques. Quand vous publiez, ils en déduisent beaucoup plus. Puis ils le révèlent aux banques, aux compagnies d’assurances, aux gouvernements et, évidemment, aux annonceurs».
Supprimer votre compte Facebook (pas simplement le désactiver) est nécessaire pour arrêter tout ça, puis il y a quelques autres étapes à suivre pour tenter de réparer les dégâts :
Préparation (facultative)
Utilisez l’outil «Créer mon archive» de Facebook
Récupérez vos photos. J’ai utilisé cette application Android puisque l’outil Facebook ne vous permet pas de récupérer toutes vos photos, ni dans leur résolution maximale (j’ai aussi téléchargé la page avec ma liste d’amis, simplement en faisant défiler la page jusqu’en bas pour charger tout le monde, puis en cliquant sur Fichier -> Enregistrer. Honnêtement, je n’ai pas eu besoin du fichier jusqu’à présent. Il s’avère que je n’ai pas besoin d’un ordinateur pour savoir qui sont mes amis).
Si vous voulez vraiment être minutieux, supprimez vos publications Facebook une par une, grâce à ce script. Cela peut être nécessaire, selon comment on interprète ce que Facebook peut conserver.
Ensuite, il y a toutes les applications que vous avez utilisées. C’est l’une des plus grosses failles de Facebook, car cela leur permet de dire qu’ils ne peuvent pas contrôler ce que les applications font avec vos données une fois que vous les leur avez données. Du coup, j’ai sauvegardé sur mon disque dur la page de paramètres qui montre quelles applications j’ai utilisées, et j’ai désactivé l’accès de chacune d’elles manuellement. Chacune de ces applications a sa propre politique de confidentialité – la plupart sont une cause perdue et prétendent avoir des droits illimités sur mes informations, donc je les coupe simplement et je passe à autre chose. Supprimez carrément votre compte Facebook, ne laissez aucune chance à Facebook de réapparaître en utilisant seulement la fonction «Désactiver».
Précautions supplémentaires.                                                                                                     Facebook pourra toujours vous pister avec un «compte fantôme», mais cela peut être bloqué.
Pour empêcher Facebook (et consort) de surveiller ce que je lis sur internet (ils le font même si vous n’avez pas de compte), j’utilise Firefox avec l’option «Ne pas me pister» activée. Si vous n’utilisez pas Firefox, EFF a un plugin pour votre navigateur appelé Privacy Badger (et pendant que l’on y est, l’EEF a fait en sorte que ce plugin génial choisisse automatiquement le serveur qui dispose de la connexion la plus sécurisée, cela rend plus difficile d’intercepter votre activité numérique pour l’industrie de l’information). Il y a aussi les données qui ont été transmises illégalement aux «data brokers». Vous pouvez demander que ces données soient retirées.

Michel Alain Labet de Bornay

2018. Agence de Presse AIS (Accréditation International System). Trade Mark. Tous droits réservés.
Ce matériel peut être publié, diffusé ou redistribué dans la mesure de la citation de la source.
Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter? Des sous à nous envoyer ? Commenter l’article les commentaires sont libres et les ânes honimes tolérés ou écrivez à : a.de.bornay@gmail.com