jeudi 8 juin 2017

Le BNVCA se réveillerait il ?




Le 24/05/2017 (source) le BNVCA sur son site nous pond un joli communiqué :
«Le BNVCA scandalisé, dénonce et condamne fermement la décision honteuse, indigne et discriminatoire, de la chaine de télévision ARTE de déprogrammer un reportage sur l'antisémitisme que la chaîne avait elle-même financé. En censurant ce reportage, ARTE s'emploie mentir à l'opinion publique, en voulant minimiser, voire camoufler l'antisémitisme d'origine musulmane, incité par la haine d'Israël, qui depuis 17 ans déjà pousse à l'acte antijuif le plus cruel. Il s’agit du film «Un peuple élu et mis à part : l’antisémitisme en Europe», écrit et réalisé par deux cinéastes allemands, Joachim Schroeder et Sophie Hafner. Ce projet était porté par le pôle allemand d’Arte, et plus précisément par la chaine publique Westdeutsche Rundfunk (WDR), membre de l’ARD, la première chaine allemande. Il avait été validé en avril 2015 par la conférence des programmes d’Arte. Le BNVCA a contribué à la réalisation de ce film en apportant témoignages et documents. Déjà à l'époque, seule la direction d’Arte France avait manifesté son opposition. Dans leur but de cacher la vérité aux publics français et allemand, la présidente Véronique Cayla, le directeur des programmes Alain Le Diberde, considèrent que le reportage met trop en lumière la haine antijuive qui progresse non seulement dans la sphère arabo-musulmane, mais aussi dans les groupes activistes antisionistes et les partis gauchiste hostiles à l'Etat juif afin de faire éclater la vérité et éclairer l'opinion sur la réalité des causes de l'antisémitisme, le BNVCA n'aura de cesse de réclamer la diffusion du reportage en question. Le BNVCA proteste auprès de la Présidence de ARTE, et saisit Mr Olivier Schrameck Président du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, ainsi que Madame Françoise Nyssen, Ministre de la Culture et de la Communication afin que ces autorités usent de leur fonction et de leurs compétences pour faire annuler la décision indigne, inique et honteuse prise de la direction de ARTE, et sans délai, inscrire à nouveau le reportage en question dans la prochaine programmation».
Vous venez de lire : «L’art de pisser dans un violon sur le toit» par le BNVCA.
Des naïfs au BNVCA ? En avril dernier je m'interrogeais pour savoir si le BNVCA n'abritait pas en son sein des Erev Rav, vous me direz que ce n’est pas pire que des faux juifs comme François Rebsamen un fils de Nazi ministre dans le gouvernement de Manuel Valls, non ? Il existe par contre parmi les juifs auto-proclamés qui ne sont plus que des convertis à la religion séculière marxiste culturelle comme par exemple des personnages qui devraient être frappé d'Erem par la synagogue comme Spinoza Tel Raphael Glucksmann ou David Nakache de véritables assafsouf ceux dans le peuple juif qui au lieu de contrer ceux qui parmi les Nations causent du tort au peuple juif notamment les marxistes culturels et la gauche Française associée à la fausse droite, choisissent la polémique et s’en prennent à lui utilisant les fausses vertus des hypocrites et des trompeurs marxistes culturels.
Toujours cacher la vérité sur la réalité de l’antisémitisme de gauche et sur l’islam en France, c’est le «travail» d’ARTE, la chaîne des maîtres censeurs marxistes culturels ; amnésie, négationnisme, falsification, occultation, diversion: tout est bon pour ces collectivistes marxistes culturels pour cacher la réalité des révolutions socialistes marxistes culturelles avec leurs faillites humaines, économiques et écologiques sans compter l'océan des drames humains comme l’invasion Islamique et antisémite de la France véritable balkanisation qui débouchera forcément un jour ou l’autre sur la guerre «civile» ! C’est que ce fameux «Islam» n’est pas du tout une religion, mais un projet politico-religieux totalitaire porteur de haine.
D’ailleurs les similitudes entre les partis fascistes bruns sociaux nationalistes ou Nazis et les fascistes rouges communistes ou socialistes aujourd’hui devenus marxistes culturels et les islamistes sont patentes : haine de l'autre, antisémitisme, tyrannie, autocratie, dictature, élimination des opposants, crimes et génocides comme systèmes ordinaires de gestion de l'oppression, attentats, camps d’extermination, viols, homicides, crimes, tortures, interdictions de tous ordres, adoubement obligé au parti dominant, communions obligées (la prière pour les uns, l'internationale et les discours à la Macron ou Castro pour la haine socialo communiste), etc. etc.
Evidemment ce n’était pas la première fois que le BNVCA était "indigné". Aujourd’hui il semble scandalisé, il dénonce et condamne fermement la décision honteuse, indigne et discriminatoire, de la chaine de télévision ARTE de déprogrammer un reportage sur l'antisémitisme que la chaîne avait elle-même financé avec notre pognon! Paroles, paroles, toujours des paroles mais ça vote Macron et Cie !
Le «naïf» de service du BNVCA, anonyme comme d’habitude, ne sait apparemment pas qu’ARTE est financée à 95% par la contribution à l'audiovisuel public perçue en France et en Allemagne, c’est-à-dire l’argent des impôts des Français et des Allemands !
Le financement d’ARTE France, comme celui des autres chaînes publiques, est encadré par un Contrat d’Objectifs et de Moyens  (fameux «moyens» qui ne sont que de l’argent des impôts des Français pour ce faire cracher à la gueule par ces vermines marxistes culturelles) conclu avec l’Etat socialiste et marxiste culturel pour une période de cinq ans. La répartition de la contribution à l'audiovisuel public est ensuite approuvée chaque année par le Parlement dans le cadre du vote de la loi de finances.
Le COM 2017-2021, signé entre ARTE France et les ministères socialistes et marxistes culturels (en savoir plus sur le marxisme culturel) de la «culture et de la communication» (vous aurez remarquez que la manipulation de l’opinion publique fait partie du ministère de la culture CQFD), de l’économie et du budget, prévoit dès 2017 un budget en augmentation de 3,8% puis une augmentation annuelle de 2% sur les quatre années suivantes. ARTE consacre l'intégralité de la dotation supplémentaire de 10 millions d'euros allouée en 2017 aux investissements dans les programmes.
Le projet marxiste culturel élaboré par ARTE France, avait au préalable été approuvé par les Commissions des affaires culturelles (quand je vous le répète) et des finances de l’Assemblée nationale en majorité socialiste et marxiste culturelle et du Sénat de même.
Parmi les treize commandements du marxisme culturel l’article 10 prescrit le contrôle et l’abêtissement du «peuple» par les médias pour dévaloriser le jugement personnel et l’esprit critique. L’article 5 préconise aussi la destruction des repères culturels et moraux fondateurs en sabotant le judéo-christianisme et j’irais jusqu’à dire en encouragent l’antisémitisme.
En démocratie, l’information est censée être libre et plurielle. En réalité, les médias importants tel ARTE, les communautés religieuses judéo chrétiennes et l’université sont entièrement entre les mains des marxistes culturels, malheureusement souvent juifs ou se disant juifs alors qu’ils ne sont que des convertis à la religion séculière marxiste culturelle, des Erev Rav ou de véritables assafsouf et ce dans pratiquement tous les domaines. Ceux-ci s’acharnent à faire passer leurs «ennemis», au mieux pour des imbéciles et de dangereux malades, au pire pour des monstres «nazis» ou «fachos» incarnant le mal absolu ou le diable. Le BNVCA n’échappe pas à la règle. Dans un communiqué courageusement non signé comme d’habitude (voir ici), il «condamne fermement les propos (qu’il qualifie de) révisionnistes» de Madame Le Pen, candidate du Front National (FN) à l'élection présidentielle. Qui conserverai une forme de nostalgie «Vichyste». Nous ne dirons pas encore une fois comme il est curieux que seul le Front national fasse systématiquement l’objet des diatribes à la dialectique fleurant bon le stalinisme criminel contre l’humanité alors qu’il reste muet sur les partis politiques dont il a fait depuis plusieurs années condamner les membres pour incitation à la haine raciale antisémite tel le Front de Gauche de monsieur Mélenchon, la LDH, EELV toujours aussi cons et antisémites, le NPA de monsieur Poutou, le Parti Communiste se disant français, des militants du MRAP qui distille de la haine des juifs, bizarre, vous avez dit bizarre ?
Par là le BNVCA applique la méthodologie mariste culturelle qui est de faire appel à l’émotionnel des gens plutôt qu’à la réflexion. Faire appel à l’émotionnel est une technique classique marxiste culturelle pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…
Ainsi la référence continuelle à l’innommable, à la Shoa, à «Vichy», au génocide de 6 million de juifs par  l’Allemagne Socialiste Nationale dite nazie ( En argot Berlinois) pendant la deuxième guerre mondiale et l’amalgame qui est fait des idées Socialistes Nationales avec celle du Front National participe de cette manipulation.
Les gauchistes et souvent le BNVCA s’adressent au public comme à des enfants en bas âge. Voyez d’ailleurs comme plupart des publicités destinées au grand public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un petit enfant  ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur ou dans le cas qui nous occupe l’électeur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? «Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans». Extrait de «Armes silencieuses pour guerres tranquilles» !
Aujourd’hui le BNVCA semble se réveiller mais il convient de lui rappeler une fois pour toute l’histoire de France. Je sais que depuis des années le marxisme culturel qui sévit dans les médias tel ARTE et dans l’éducation nationale socialiste qui n’enseigne plus l’histoire de France dans le but de maintenir le public et surtout l’électeur  dans l’ignorance et la bêtise à fait bien des ravages. Faire en sorte que le peuple soit incapable de comprendre les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. «La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures». Extrait de «Armes silencieuses pour guerres tranquilles».
Seulement voilà avec Internet, les vérités historiques sortent et les  mensonges marxistes culturels commencent à se voir comme un nez rouge au milieu de la figure d’un clown.

Très malheureusement pour vous et vos amis politiques messieurs les marxistes culturels de gauche, ce sont les socialistes Français qui ont voté les pleins pouvoirs au Maréchal Philippe Pétain élu régulièrement par l'Assemblée nationale (Chambre + Sénat), qui était celle, élue en mai 1936, du répugnant Front Populaire de gauche.

Pour vous, mesdames et messieurs du BNVCA; Madame Le Pen serait le diable en personne, qui, à la tête de hordes fascistes ou nazies, terroriserait la France. Usant d'une machine de propagande digne de Goebbels, (Curieusement le bon docteur Goebbels était à l’origine un marxiste convaincu, un communiste rallié au Socialiste National du chancelier du troisième Reich démocratiquement élu le sieur Adolf Hitler, après la lecture de son ouvrage «Mon combat» (en vente à la FNAC). Madame Le Pen serait l'ennemie numéro un de la République. La preuve de son caractère «étrange» aux valeurs de la République française: la question de la préférence nationale et de l’invasion musulmane. Pour madame Le Pen les juifs n'ont rien à craindre du Front National par contre je crois qu’ils ont tout à craindre de l’Islam et des musulmans fondamentalement antisémites (c’est dans le Koran !) sans oublier la gauche toute entière et particulièrement du gouvernement Macron soutenu par les terroristes musulmans (Macron c'est Vichy ou c’est un Nazi?) qui comporte au moins un ministre antisémite monsieur Ferrand (voir ici des antisémites ? Chez Macron aussi!)
Mais, chez les Français de confession Israelite certains ont la mémoire courte et il ne faut pas compter sur les puants médias subventionnés  comme le Figaro, ARTE, TF1, A2 et autres Monde pour leur rappeler que l'Empire colonial français a été l'oeuvre de la gauche, ni que la préférence nationale a été érigé en loi, en août 1932, par Messieurs Blum et Salengro, de la SFIO, (parti socialiste). Cette loi a été abrogée en catimini en 1981 par j’ose espérer qui vous savez, l’icône Socialiste Mitterrand, titulaire de la francisque de Vichy, devenu grand résistant… fin 1944.

Puisqu’il faut mesdames et messieurs les Israelites Français et en particulier ceux du BNVCA, vous mettre les points sur les i, allons-y : Vous avez osé affirmer dans un communiqué récent que : «Madame Le Pen, présidente du premier Parti de France le Front National (FN) conserverai une forme de nostalgie «Vichyste». Première nouvelle, vous nous la sortez d’où celle-là ? Peut-être regardez-vous trop ARTE et autres merdouilles merdiatiques marxiste culturelles ? Je sais que chez vous monsieur Ghozlan était un grand ami de monsieur Mouloud Aounit, le feu président du MRAP et qu’il feignait d’ignorer que le MRAP était un mouvement qui distille de la haine des juifs !

Que Pierre Laval, Membre de la SFIO depuis 1905, l’avocat milliardaire, défendant parfois des syndicalistes communistes de la CGT et qui était le maire depuis 1923 et député socialiste d'Aubervilliers, (mandat de maire qu’il conserva jusqu’à la Libération) déjeunais avec Hitler lui-même ; ça on le savait ! Tout comme entre 1939 et 1942 les dirigeants communistes Français et les «militants» de gauche d’alors, étaient tous membres du fameux Komintern bolchevique farci d’antisémites, comme Jacques Duclos qui dénonçait, le «juif Mandel», ministre de l’Intérieur sous Paul Reynaud. Le maire socialiste d’Aubervilliers châtelain de Châteldon et Franc Maçon du Grand Orient jusqu’en 1944 Pierre Laval alors président du conseil lors d’un séjour en 1931 chez les socialistes nationaux «les fameux nazis», déclarera face à la presse «une collaboration loyale s'impose», le mot était lâché «Collaboration» avec l’Allemagne nazie en 1931 et par le président du conseil socialiste !

Moi, j’accuse la famille politique socialiste ou j’inclus les marxistes culturels, les verts toujours aussi cons et antisémites et partis de gauche toute tendance confondue, d’avoir donné les pleins pouvoirs à Pétain ! J’accuse Pierre Laval maire SOCIALISTE d’Aubervilliers d’avoir dit : «Je souhaite la victoire de l’Allemagne». J’accuse le maire SOCIALISTE d’Aubervilliers un social fasciste d’avoir en Avril 1942 ; nommé à nouveau chef du gouvernement du fameux régime de Vichy par le maréchal de France Philippe Pétain, d’avoir renforcé la politique nauséabonde de collaboration avec l’occupant du parti Socialiste National des travailleurs Allemands que vous appelez nazis ! En septembre 1942, le maire socialiste d’Aubervilliers Laval autorisera la Gestapo à pourchasser les résistants français en zone libre. J’accuse Laval, maire SOCIALISTE d’Aubervilliers d’avoir début juillet 1942, proposé de livrer les Juifs étrangers vivant en zone non occupée en y joignant leurs enfants !!!! Oui ; messieurs ! La déportation des enfants juifs……………… !!!! C’est le fait exclusif du maire socialiste et franc maçon de l’obédience maçonnique irrégulière du grand Orient !
Et vous venez accuser et donner des leçons de morale à madame Lepen, qui comme moi, ni vous d’ailleurs, n’ont connu la deuxième guerre mondiale mais qui possédons une culture historique dont vous semblez ou faite semblant d’être dépourvu, accusation infondée de je ne sais quelle ignominie ?

Et puis tant qu’on y est enfonçons le clou. Sollicité de revenir sur sa décision d’inclure dans les convois les enfants de moins de 16 ans (initialement non demandés des Allemands), notamment par le pasteur Boegner, chef des protestants de France, l’immonde et répugnant maire SOCIALISTE d’Aubervilliers Laval refusera : «Pas un seul de ces enfants ne doit rester en France». Le pasteur Boegner rapportera plus tard : «Que pouvais-je obtenir d’un homme à qui les Allemands auraient fait croire - ou plutôt qui faisait semblant de croire - que les juifs emmenés de France allaient en Pologne du Sud pour y cultiver les terres de l’État juif que l’Allemagne affirmait vouloir constituer. Je lui parlais de massacre, il me répondait jardinage ». Les frontières de l’ignoble étaient dépassées par le maire SOCIALISTE et Franc Maçon d’Aubervilliers.

Et ça continue toujours ; encore et encore, le racisme et l’antisémitisme du PS aujourd’hui marxiste culturel s’étalait il y a peu à la une des gazettes ; ainsi le 06 juillet 2006 suite aux révélations consternantes des déclarations faites devant une délégation du P.S Français dirigé par François Hollande et Pierre Moscovici on est en droit de se poser des questions. Alors premier secrétaire du PS, François Hollande était reçu par Amar Saadani à l’époque président de l’assemblée populaire nationale algérienne APN.

Selon un haut responsable du RCD à qui les socialistes français ont rapporté les propos confirmés par la suite par un ex-responsable du FFS, lors de l’entretien en présence de M Moscovici secrétaire national aux relations internationales, Kader Arif et Bariza Khiari : le troisième homme fort de l’Algérie fidèle à son antisémitisme arabe primaire lâcha sans sourciller «au PS il y a trop de juif il faut commencer à dés-enjuiver pour contrer leur lobby».

Cette annonce a été passée sous silence et est restée sans effet majeur de la part du P.S qui, jouant le nidoreux et habituel «jeu» politicien socialiste immonde des atouts et du pouvoir, ne chercha pas à froisser ses interlocuteurs racistes et antisémites Algériens au regard de «possibles» futurs partenariats si le PS venait à prendre le pouvoir politique en France et en vue d’une «internationale socialiste» solidaire.
 
Faut-il aussi, vous parler du sale Front National celui-là qui fut créé le 15 mai 1941 par le Parti communiste français (Par Jacques Duclos le communiste terroriste assassin et criminel, condamné dès 1928, à quarante-sept ans d'emprisonnement, déserteur à Moscou, assassin des brigades internationale Espagnole et membre de l'Internationale syndicale Rouge, avec son acolyte Roger Salomon Ginsburger dit Pierre Villon), qui était destiné à être la représentation «politique» des groupes de lutte armée : les Francs-tireurs et partisans français (FTPF). Au Front national, les communistes furent les plus nombreux, mais il compta parmi ses militants et ses cadres des membres de la SFIO, comme Claude Jordery, ancien député socialiste.

Accordez moi encore un instant, mesdames et messieurs, pour vous parler d’un grand SOCIALISTE, Salvador Allende, qui était  donc antidémocratique, raciste et antisémite comme son grand copain, le décoré de la Francisque du Maréchal Pétain, François Mitterrand.
 
Voilà, pour illustrer mes affirmations sur le sale bonhomme socialiste, la façon avec laquelle s'exprimait l'idole des socialistes Français et des medias racistes et antisémites :

"Les Juifs se caractérisent par des formes déterminées de délits: l'escroquerie, la duperie, la calomnie et, surtout, l'usure [...]. Ces faits font soupçonner que la race influe sur la délinquance". "[...] les gitans constituent habituellement des groupements délictueux ou la paresse, la fureur et la vanité prédominent. Parmi eux, les homicides sont plus nombreux". Quant aux "arabes", "il y a quelques tribus honnêtes et laborieuses mais les plus nombreuses sont aventurières, imprévoyantes, oisives et portées aux larcins". Selon le professeur Victor Farías tous ces propos ont été proférés dans sa jeunesse par l'icône tant admirée de la gauche marxiste à «visage humain»: le Dr. Salvador Allende.
Le grand ami de «Tonton», François Mitterrand, le décoré de la Francisque du Maréchal Pétain avait de graves relents fachos ou SOCIALISTES-NATIONAUX (Pardon mesdames et messieurs ; je sais, chez vous on dit NAZIS  en argot Berlinois des années 40, ou même NATSI en Yiddish) relents particulièrement nauséabonds.

Revenons un instant encore sur le marxiste antisémite Allende qui n’a jamais été élu «démocratiquement» mais «nommé» à la tête de l’état visait à faire du «socialisme» une doctrine totalitaire semblable au socialisme national (Oui, oui, je sais à Berlin en 1939 on disait nazi et en 1943 François Mitterrand recevait des mains de Pétain la Francisque N° 2202 ! Quels souvenirs n’est-ce pas ?), l’une étant toujours la face cachée de l’autre et du prétendu héroïsme révolutionnaire l’expression d’une violence qu’il faudrait bannir de la cité à coups de normalisation des corps et des esprits.
Il est bon de préférer au BNVCA des juifs avec des couilles comme la LDJ !

Mais même avec des couilles, la bonne et courageuse Ligue de Défense Juive (LDJ), nos amis de JSSNews JJSS News (qui a relayé de nombreux de nos articles) et de CANcoolamnews, un peu comme le BNVCA n’annonce pas franchement la couleur ! Les fascistes rouges antisémites c’est l’ensemble de la gauche Française, En Marche en tête avec Richard Ferrand, lieutenant d’Emmanuel Macron qui finance avec de l’argent public l’AFPS et l’ensemble des médias marxistes culturels dont évidemment ARTE.

On n’avait jamais vu cela dans l’histoire d’ARTE on avait vu bien pire dans la calomnie et la diffamation du Front National, qui va bientôt fêter son quart de siècle d’existence : le directeur des programmes d’Arte, Alain Le Diberder un ancien d’ANAL+, décide de ne pas diffuser un documentaire de quatre-vingt-dix minutes, produit et financé par la chaîne.

Il s’agit du film «Un peuple élu et mis à part : l’antisémitisme en Europe», écrit et réalisé par deux cinéastes allemands, Joachim Schroeder et Sophie Hafner.

Ce projet était porté par le pôle allemand d’Arte, et plus précisément par la chaîne publique Westdeutsche Rundfunk (WDR), membre de l’ARD, la première chaîne allemande.
Il avait été validé en avril 2015 par la conférence des programmes d’Arte, composé à parité de représentants des pôles français et allemand de la chaîne, auxquels s’ajoutent quelques membres venant des petites chaines européennes partenaires (Autriche, Belgique etc.).

Cette validation s’était heurtée d’emblée à l’opposition d’Arte France, qui avait subodoré que son contenu n’était pas en adéquation avec la ligne éditoriale marxiste culturelle et ultra gauchiste de la chaîne sur la question de l’antisémitisme. La présidente du soviet suprême d’Arte, Véronique Cayla, qui bien sûr rejette en bonne «patronne» gauchiotte «responsable mais pas coupable»  la faute sur son directeur des programmes Alain Le Diberder et les responsables de secteurs pour qui la dénonciation de l’antisémitisme se limite à l’exploration répétitive de «ce ventre fécond dont est sorti la bête immonde», le nazisme archéo et néo, l’extrême droite dans toutes ses déclinaisons régionales, du bien évidemment FN français au Jobbik hongrois en passant par les néerlandais de Gert Wilders (noter qu’au passage elle considère elle aussi que cette pseudo vérité est bien parole de l’évangile marxiste culturel rabâché mais que cette version de la chose est un petit peu réductrice).

Dans la «presse» Française on peut lire : La direction de la chaîne «culturelle» franco-allemande passe à la trappe un documentaire sur l’antisémitisme en Europe. Motif officiel: On y met trop en lumière la haine antijuive qui progresse dans la sphère arabo-musulmane et dans une certaine gauche obsédée par l’antisionisme.
Le film de Joachim Schroeder et Sophie Hafner reçut pourtant l’aval, de justesse, de la conférence des programmes après que les auteurs ait accepté la suggestion de s’adjoindre comme co-auteur Ahmad Mansour, un psychologue d’origine arabe israélienne exerçant depuis dix ans en Allemagne.

Ce dernier est une personnalité reconnue outre Rhin comme porte-parole d’un islam «des Lumières», modéré et prétendument hostile au djihadisme. Horreur malheur, il n’y a pas et ne peux pas avoir d’ Islam modéré pas plus que de Cognac ou de cochon hallal. Prenons l’islamisme ? Mon  Robert préféré dit : “Mouvement politique ou religieux prônant l’expansion ou le respect de l’islam”. Autrement dit, mouvement qui agit pour le prosélytisme (“expansion”) ou la charia (“respect de l’islam”). Alors il est temps de rétablir une vérité. Non, il n’existe pas d’islam modéré, pas plus qu’il n’existe d’islamistes modérés.                                                                  Si l’on entend par modération le bannissement de traditions archaïques qui peinent à trouver leur justification dans les textes dits «sacrés» à moins de les déformer comme l’excision ou la polygamie, alors on se trompe. Nous ne sommes pas dans la modération, mais dans la disparition de la barbarie.

Ahmad Mansour joue dans le débat public allemand un rôle similaire à celui tenu naguère dans le débat français par Abdelwahab Meddeb.
Personnellement je n’y crois pas un instant, ces gens-là, des marginaux de sectes islamistes, pratiquent au mieux la Taqiya, une forme de dissimulation de l’identité du musulman; une dissimilation au service d’une «autodéfense»; une forme de mensonge afin de protéger soit l’islam, soit le musulman. Au pire ils pratiquent la Tawriya la «dissimulation» défini comme étant l’«inventivité dans l’art du mensonge». Imaginons qu’un musulman nie que la première sourate du coran rabaisse les juifs et les chrétiens pour la raison que c’est une supplication que les musulmans font 17 fois par jour afin de les garder à l’abri de la voie des «égarés qui encourent la colère d’Allah» … Ce musulman pourrait répondre que la première sourate ne mentionne jamais, explicitement, les juifs ou les chrétiens. Ce musulman pratiquerait la tawriya, parce que bien que la première sourate du coran ne mentionne pas explicitement les juifs et les chrétiens, ce musulman sait pertinemment que le terme «égaré» dans cette sourate réfère à ceux-ci.

Le coran courant passe bien entre les cinéastes allemands et Mansour, mais ce dernier n’accepte qu’un rôle de conseiller de ce documentaire, son emploi du temps ne lui permettant pas de participer à de chronophages phases de tournage à l’étranger et à d’interminables séances de montages. Mais il suit régulièrement la progression de la réalisation du film, et répond à toutes les demandes de conseils venant des réalisateurs.

Dans l’esprit des dirigeants du soviet suprême d’Arte, Amed (diminutif de Mahomet) devait jouer le rôle de «commissaire politique» du film, veillant à ce que les auteurs restent bien dans les clous d’une vision totalement marxiste culturelle de l’antisémitisme épargnant autant que faire se peut sa version arabo-islamique, et ce nouvel antisémitisme arabe des banlieues européennes.
Il n’en a rien été, et Schroeder et Hafner, soutenus par la responsable de la coopération avec Arte au sein de la WDR, Sabine Rollberg ont persévéré dans leur projet de démasquer cet antisémitisme qui se camoufle sous le masque de l’antisionisme. Chose que le BNVCA ne pratique que très modérément lui aussi, quand à dénoncer la gauche toute entière, En Marche y compris, faut pas rêver !

Le couperet marxiste culturel tombe en février 2017, sous la forme d’une sèche lettre de refus de diffusion du documentaire ainsi motivée : «Le film achevé ne correspond pas sur des points essentiels au projet accepté par la conférence des programmes. Par ailleurs on ne voit pas la trace de la collaboration d’Ahmad Mansour, qui devait garantir l’équilibre et l’impartialité du projet…» (Cet extrait est une traduction de la lettre adressée en allemand aux responsables du pôle allemand d’Arte, dont la direction aussi marxiste culturelle, contactée a refusé de transmettre sa version originale en français).
Précisons qu’Alain Le Diberder ne parle pas un mot d’allemand, et que le film qu’il condamne n’a pas de version française…

Mis en cause, Ahmad Mansour réplique vertement aux assertions d’Alain Le Diberder dans un courrier adressé à Sabine Rollberg.
Après avoir confirmé qu’il avait bien décliné la fonction de co-auteur pour des raisons personnelles, et que le contenu du film avait été établi avec son accord il poursuit :
«Ce film est remarquable et arrive à point nommé. Certes, il révèle des réalités dérangeantes, les mêmes que je rencontre dans mon travail quotidien. Je suis surpris qu’une chaîne publique de la réputation d’Arte puisse avoir tant de problèmes avec le réel.
Dans mon activité professionnelle j’exige constamment que l’on prenne conscience politiquement de cette réalité pour alimenter un débat public dans la société et faire face à ces nouveaux défis. C’est pourquoi je trouve ce film important et nécessaire».

Ce film est victime d’une censure purement idéologique marxiste culturelle, car il met en lumière de manière crue les liens entre la propagande islamiste, singulièrement celle diffusée par les diverses factions palestiniennes (Fatah et Hamas) et l’antisémitisme musulman le plus traditionnel, accusant les juifs de tous les maux de la terre.
Ce qui gêne évidemment Arte aux entournures, c’est la démonstration implacable qu’il existe une continuité entre le discours propagandiste d’un Mahmoud Abbas déclarant, devant le Parlement européen que «les Israéliens empoisonnent les sources de Cisjordanie pour faire fuir les paysans arabes de leurs terres».                                                                             Cette vieille fable antisémite est reprise telle quelle dans des prétendues ONG allemandes, notamment, au sein de la puissante église protestante, qui finance de nombreux projets dans les territoires palestiniens, une aide souvent détournée pour alimenter les groupes terroristes et les officines de diffamation d’Israël par des mensonges dignes du docteur Social Nationaliste Goebbels un ancien communiste ou de Staline.
Au péché de pro-israélisme, le film de Schroeder et Hafner ajoute, aux yeux des saints pontifes de la religion séculière marxiste culturelle  d’Arte, celui d’anti protestantisme primaire, rédhibitoire alors que l’Allemagne célèbre cette année le 500ème anniversaire de la Réforme initiée par Martin Luther, l’antisémite bien connu. Un historien américain s’était même posé la question «Luther est-il l’ancêtre spirituel d’Hitler ?».

Ce film a dit la vérité, au moins une part de celle-ci trop longtemps occultée, il doit donc être exécuté.

Autre manque de bon goût, il donne à voir, et entendre, comment l’hypocrite François Pupponi, maire Socialiste comme Pierre Laval mais de Sarcelles celui-là, se désole avec des larmes de crocodiles de voir le fameux et fantasmé «pacte républicain» français battu en brèche par les bons musulmans et autres antisémites à l’œuvre sur sa commune.
Cette lamentable affaire pourrait n’être qu’une péripétie, qu’un «dérapage» isolé au sein d’une institution médiatique publique, comme il ne peut manquer de s’en produire dans un monde soumis aux tensions et pressions à l’œuvre dans les sphères du pouvoir et dans la société.

Hélas, cette mise au pas idéologique, cette uniformisation d’Arte dans un discours formaté et marxiste culturel à l’aune du tiers-mondisme, de la «repentance» de l’homme blanc socialiste, de l’adoption sans réserve du narratif palestinien dans le traitement du conflit proche-oriental, du déni du réel vécu dans les «territoires perdus de la République», est devenu la règle dans l’ensemble des médias Français tous marxistes culturels
Dans le milieu des auteurs et producteurs de documentaires, il est maintenant acté qu’il y a des sujets impossibles à faire passer sur Arte. Seule, la dureté du marché, et le peu de cases documentaires sur les chaines de télé, les retient, pour l’instant de dénoncer publiquement cet état de fait.
Sabine Rollberg, elle aussi, jette l’éponge. Elle a demandé sa mise en retraite anticipée de la WDR, qui interviendra cet automne. Cette parfaite francophone, participante à l’aventure d’Arte dès sa création en 1992, est fatiguée de se battre, telle la chèvre de monsieur Seguin, contre le pôle allemand d’Arte, qui considère cette chaîne comme une vache à lait pour financer des programmes conçus pour le seul public allemand (Arte Allemagne étant maintenue dans le statut d’une chaîne ultraconfidentielle), et une direction française qui a du pluralisme dans la «culture et l’information» une conception marxiste culturelle évidente. CQFD encore une fois !

Et le pire dans tout cela c’est que ce n’est pas fini, à force de se taire au sujet des gauchistes antisémites on a du mal à croire que le BNVCA lute vraiment contre l’antisémitisme. Le 30/03/2017 on a pu lire sur le site du BNVCA (Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme) ce communiqué : «Le BNVCA est indigné (encore et toujours)  par un rapport inique qui pointe les banques françaises qui investissent en Israël. Le BNVCA condamne la FIDH (Fédération internationale des droits de l'Homme) et de la LDH (Ligue des Droits de l’Homme) qui se comportent avec l'Etat juif comme les délateurs antijuifs des années 40. Le BNVCA reçoit les protestations de très nombreux correspondants profondément indignés par les dénonciations visant des Banques françaises qui investissent en Israël. Le BNVCA et tous ses requérants dénoncent et condamnent ces délations scandaleuses qui font à l'Etat juif aujourd'hui ce qui se faisait contre les juifs dans les années 40. Les auteurs de ce rapport, La Fédération Internationale de Droits de l'Homme, et ses comparses de la C G T ou de la prétendue Ligue des Droits de l'Homme sont coutumiers du fait. Leur activisme palestiniste est connu pour être de cette nature antisioniste qui pousse à l'acte antijuif. Le rapport ne fait état que des investissements effectués en Israël accusés de construire pour la vie et le bien être des juifs qui ont choisi ce pays refuge. Ce rapport partisan est d'autant plus cynique et discriminatoire que les mêmes auteurs ne se sont jamais intéressés, n'ont jamais dénoncé, ni condamné les faiseurs de guerre, et tous ceux qui investissent dans le terrorisme international en général, destructeur au proche orient, tue en Europe en général et en France en particulier. Les mêmes délateurs restent silencieux à propos de ceux qui vendent et fournissent armes et munitions aux djihadistes, aux terroristes du Hamas, du Hezbollah et autres islamo terroristes. Pour le BNVCA il est désormais clair que ces prétendues FIDH et LDH Fédération et Ligue des Droits de l'Homme, sont intellectuellement corrompues au point de défendre les droits de l'homme sauf s'il est juif. Le BNVCA encourage les investisseurs à s'engager plus encore en Israël, pays leader dans les progrès technologiques les plus innovantes du monde dans tous les domaines utiles à tous les êtres de la planète».

Encore une fois et comme toujours le BNVCA fait l’impasse sur les origines politiques des nouveaux antisémites marxistes culturels qui sévissent maintenant dans le monde entier, ce nouvel antisémitisme est l’odieux concept d’une nouvelle forme d'antisémitisme qui s'est énormément développée à la dernière moitié du XXème siècle et au début du XXIe siècle, émanant simultanément de la gauche et de l'islam et tendant à se manifester comme une opposition au sionisme et à l'État d'Israël. Cet antisémitisme de gauche, a en France, des origines profondes qui remontent au Stalinisme et même plus loin, au marxisme léninisme et au marxisme culturel élaboré par Wilhelm Münzenberg. En France les communistes, socialistes et assimilés, NPA, EELV, Front de gauche, LDH, MRAP qui distille de la haine des juifs  etc., sans oublier certains «républicains» sont tous fondamentalement et violemment antisémites, ce qu’oublie de dire (volontairement ?) le BNVCA. Ils sont tous plus ou moins antisémites tout en affirmant bien sûr le contraire. Voyez-vous amis ; Pierre André Taguief écrivait à propos de l’antisémitisme qu’il en existe deux formes : «L'une persistante, et bien connue, le vieil antisémitisme inhérent à une extrême droite (aujourd’hui fantasmée en France) ou au nationalisme xénophobe (en voie de disparition chez nous, tout aussi fantasmé par les gauchus fascistes rouges ou très très anecdotique dans les marges de l'espace politique français avec seulement quelques centaines de petits branleurs abrutis néo-nazis ou sociaux nationalistes, skinheads, pour l’ensemble du territoire national sans assise politique), l'autre en très forte expansion (plusieurs centaine de milliers de militants, sans compter les musulmans intrinsèquement antisémites), dont les principaux vecteurs sont la propagande des réseaux d’ultra gauche (marxistes culturels et islamistes et les démagogues ces nouveaux gauchistes marxistes, les fascistes rouges)», notons aussi les néo-communistes et autres fascistes rouges du PC se disant F, syndicalistes CGT et néo-gauchistes, alter mondialistes et nihilistes d’ATTAC ou du MRAP, le délicat mouvement qui distille de la haine des juifs, EELV (dont le Jérusalem+ dira sans se tromper qu’ils sont : «toujours aussi cons et antisémites»), trotskistes antisémites du NPA, militants et membres du Front de Gauche ou de la LDH, anarchistes «Antifas» ou «Black Bloc» et autres lobotomisés libertaires, marxistes culturels et abrutiles musulmans nidoreux et enfin tous les médias Français, exploitant tous massivement «la cause palestinienne», célébrée comme «cause universelle» par la gauche déliquescente de monsieur Hamon, Mélenchon et de type En Marche de monsieur Macron. On peut y voir la nouvelle expression du tiers-mondisme marxiste culturel et communiste et de l'idéologie marxiste révolutionnaire dite aussi marxiste culturelle: la fausse image du Palestinien martyr remplace avec celle de l’immigré clandestin le prolétaire en «lutte» pour la société sans classe collectiviste.

Maintenant pour en revenir au BNVCA qui n’annonce pas la couleur politique toujours de gauche, musulmane ou islamomarxiste, sans qualifier son président monsieur Ghozlan de marxiste culturel avant qu’il ait répondu à cet article, j’exprime un doute, car voilà un homme Français de 74 ans, de confession israélite, commissaire de police parisien à la retraite qui n’a eu de cesse de tirer la sonnette d’alarme contre le raz-de-marée d’attaques, de menaces, de manifestations publiques antisémites menées contre les français de confession israélite qui sévissent dans notre «douce France», sans jamais au grand jamais, dire de qui venaient cet antisémitisme viscéral. Je vais vous le dire monsieur Ghozlan cet antisémitisme est essentiellement de nature marxiste culturelle soit de gauche avec le soutien du terrorisme musulman et de musulmans qui éructent des «mort aux juifs» dans les manifestations à l’instigation de la gauche et particulièrement de vos «amis» du MRAP, qui, je vous le rappelle et c’est pas moi qui le dit, distille de la haine des juifs !

Il semblerait que cet ancien commissaire dans la banlieue de Paris, qui a créé à sa retraite le BNVCA aurait installé une liaison très privilégiée entre la police française et la communauté juive, alertant les deux côtés en cas de menaces antisémites ou d’attaques contre des Juifs. Là aussi je m’interroge, est-ce là bien démocratique et n’y aurait-il pas lieu là d’y voir une sorte de «privilège» ou de «discrimination», pourquoi en France les écoles confessionnelles chrétiennes ne sont-elles pas gardées par des forces armées ?

Monsieur Ghozlan est parti vivre sa retraite en Israël à l’été 2015 mais il affirmait qu’il retournerait souvent en France et il dirigerait toujours le BNVCA.

Un portrait qui lui était consacré dans l’édition d’août 2015 de Vanity Fair  intitulé «Paris brûle» extrait : « Here, barely a mile and a half from the Galeries Lafayette, the heart of bourgeois Paris, the chants: “MORT AUX JUIFS! MORT AUX JUIFS!” Death to the Jews. It was Saturday, July 26, 2014, and a pro-Palestinian demonstration turned into a day of terror in one of the most fashionable neighborhoods of the city.

Ce portrait le décrivait comme un «Colombo sépharade» et comme un «Yves Montand amoché» et expliquait qu’il s’était bâti sa réputation de policier anti-terroriste en identifiant comme sympathisants palestiniens et non néo-nazis les terroristes qui avaient perpétré l’attentat contre la synagogue de la rue Copernic en 1980 au cours duquel quatre personnes avaient été tuées (pas de bol hein, ces «amis» du MRAP qui distille de la haine des juifs avait accusé la fameuse « extrême droite» mais monsieur Ghozlan à bien tenu sa langue, pourquoi ?). Vanity Fair aurait dû préciser qu’à 72 ans l’audition de monsieur Ghozlan devait laisser à désirer et que les «morts aux juifs» éructés à Paris par nos «chances pour la France» islamomarxistes, mrapistofurieuses et musulmanes aucun membre du BNVCA de plus de 70 ans ne les avaient entendues !

Ah ! En plus avec l’attentat de la rue Copernic on touche au sublime du mensonge politiquement correct. Encore une belle manipulation marxiste culturelle ! Cet attentat antisémite à la bombe du 3 octobre 1980, à 18h38, dirigé contre la synagogue de l'Union libérale israélite de France, rue Copernic à Paris, fait quatre morts et quarante-six blessés. Philippe Bouissou (22 ans) qui passait en moto est tué sur le coup. Aliza Shagrir (42 ans), présentatrice de télévision israélienne en vacances en France, est également tuée sur le coup alors qu'elle marchait sur le trottoir, tout comme Jean Michel Barbé, chauffeur d'une famille qui fréquente la synagogue. Hilario Lopez-Fernandez, le concierge espagnol de l'hôtel Victor Hugo, situé presque en face du temple, est grièvement blessé et décède deux jours plus tard.
Venons-en à cette manipulation marxiste culturelle lamentable. Moins d'une heure après l'attentat, un correspondant anonyme téléphone à l'Agence France-Presse pour revendiquer l'attentat au nom des Faisceaux Nationalistes révolutionnaires, un groupuscule d'extrême droite, reconstitution de la Fédération d'Action Nationale et Européenne (FANE), organisation dissoute par le gouvernement le 3 septembre et qui ne comptait en tout et pour tout que quelques dizaines de militants. Seulement voilà, un an après l'attentat, Jean-Yves Pellay, responsable du Service d’Ordre de la F.A.N.E. reconnaît être l'auteur de l'appel anonyme à l'Agence France-Presse et avoue être en fait un militant sioniste qui a infiltré cette structure. Il déclare au journal le Matin: «On m'a demandé d'infiltrer la FANE» !
Les défilés prennent prioritairement pour cible une extrême droite quasiment inexistante à l’époque en France et le gouvernement de droite alors au pouvoir.

Monsieur Albert Levy un fasciste rouge, secrétaire général du MRAP, ancien instituteur communiste et «journaliste» à l’organe de la haine rouge l’Humanité, attribue lui l’attentat à un groupe «néo-nazi» sans évidemment attendre les résultats de l’enquête.


Là où l’affaire se corse comme on dit à Bastiat, c’est qu’à l’appel du MRAP qui n’était pas encore National, le 7 octobre 1980, un véritable enfumage, une manifestation prétendue contre le «racisme» mais dirigée en fait contre, ce que les «gentils» militants du Mrap mouvement qui distille de la haine des juifs qualifiait d’extrême droite ! Extrême droite fantasmée à qui le MRAP, un tantinet haineux contre les patriotes Français, attribuait injustement l’immonde attentat, c’est ainsi que l’on avait vu défiler 200 000 personnes (Idiots utiles) entre Nation et République. Plusieurs députés de gauche bien sûr et de la fausse droite ripoublicaine, véritables abrutiles s’y joignent, tous partis confondus. Pendant plus de 30 ans le délicieux mouvement marxiste culturel antisémite persistera dans le mensonge et la mauvaise foi et commémorera l’événement avec des messages de haine et autres proclamations contre une «extrême droite» prétendue antisémite qui n’existait plus que dans son imagination fertile et débridée de vénérables idiots utiles alors que ce développait l’antisémitisme gauchiste, marxiste culturel et islamomarxiste.

Car il est depuis environ 20 ans prouvé que l’attentat de Copernic a été commis par un commando d’arabes marxistes du Front populaire de libération de la Palestine Opérations spéciales (FPLP-OS, branche dissidente du FPLP). Quoi que nous baillez-vous là ? Le FPLP ? Vous voulez parlez du fameux Mouvement Marxiste Antisémite le  FPLP dont le jeune «Français» né à Jérusalem le terroriste palestinien condamné  à 7 ans de prison Salah Hamouri l’antisémite, est membre actif ? Salah Hamouri membre du FPLP Le chouchou du MRAP et de toutes les «forces» de progrès ? Oui celui-là ! A merci on comprend mieux maintenant le silence «assourdissant» comme ils disent du MRAP sur les éléments de l’attentat de Copernic.

Le samedi 4 octobre, le Comité de liaison des étudiants sionistes socialistes (CLESS) organise un défilé aux cris de «Bonnet, Giscard, complices des assassins !». La campagne présidentielle vient de débuter et le socialiste Jean-Pierre Chevènement dénonce dans Le Monde la «véritable osmose [qui] s'est créée entre une partie du personnel dirigeant giscardien et l'extrême droite...».
La police comme la DST ont cependant la certitude que la FANE n’a pas commis l’attentat et privilégient la piste marxiste moyen-orientale. En novembre une note de la police criminelle allemande transmise à Paris, précise que l’attentat a été commis par un commando de Palestiniens de cinq personnes venues du Liban.

Le commissaire de police Jean-Pierre Pochon décrit dans son livre les innommables pressions exercées par le nouveau pouvoir politique socialiste pour diriger l'enquête vers les milieux d'extrême droite au détriment de la piste communiste moyen-orientale. En juillet 1981, en bon salopard socialiste Gaston Deferre, nouveau ministre de l'Intérieur, exige encore que les policiers orientent leurs recherches vers les «milieux d'extrême droite».
Aujourd’hui, ce serait donc monsieur Ghozlan qui se serait bâti sa réputation de policier anti-terroriste en identifiant comme «sympathisants» palestiniens les auteurs de l’attentat de Copernic. Que ne l’avait-il dit avant ! Ou sont le mea culpa et la repentance ?

Le rôle d’une véritable «organisation» antiraciste, comme se qualifie le MRAP serait de qualifier le «délit» raciste, de désigner l’agresseur et d’être solidaire des victimes. Or, depuis quelques années le MRAP qui distille de la haine des juifs minimise des agressions anti-juives d’une gravité inouïe et retournent les accusations contre les victimes ; surtout quand il s’agit d’actes racistes anti-juifs commis par des «jeunes» comme ils disent, issus de l’immigration et le plus souvent musulmans. Le MRAP publie des proclamations qui sont des chefs-d’œuvre de double langage, d’abord il condamne l’agression ou l’attentat, puis il cherche un autre responsable que le responsable réel, (Le Maréchal Pétain, le gouvernement (de gauche) de Vichy, l’extrême droite qui n’existe pas) et enfin ils rendent responsables de ces actes anti-juifs les Juifs eux-mêmes, ou bien Israël. Ce double langage condamne l’antisémitisme sans en qualifier les auteurs et en minimise la gravité.

Condamner l’antisémitisme sans en qualifier très nettement les auteurs comme le fait systématiquement le BNVCA fait plus qu’en minimiser la gravité.

Allez pour en finir, je voudrais rappeler au BNVCA et à monsieur Ghozlan la page 266 du  Journal Officiel de la république Française du 20 mars 1940, celle où est relaté le discours de monsieur Albert Sarraut, ministre de l’Intérieur, (et pas du Maréchal) qui s’écriait en séance du Sénat, le 19 mars 1940 : «La propagande communiste et hitlérienne - elles ne font qu’une - la propagande ennemie. J’ai eu l’occasion de m’en expliquer devant votre commission de législation criminelle et civile. Le chef de cette propagande est le chancelier Hitler, dont le bolchevik est le “lieutenant” s’il était besoin de faire la preuve de cette affirmation, il suffirait d’indiquer avec le fait que ce sont les avions allemands qui éparpillent les tracts communistes, cet autre fait que les postes de radio et de propagande communiste, “La Voix de la Paix”, “Radio Humanité” qui sont répétées, lancent leurs émissions du territoire allemand».

Michel Alain Labet de Bornay


2017. Agence de Presse AIS (Accréditation International System). Trade Mark. Tous droits réservés.
Ce matériel peut être publié, diffusé ou redistribué dans la mesure de la citation de la source.
Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter? Des sous à nous envoyer ? Commenter l’article les commentaires sont libres et les ânes honimes tolérés ou écrivez à : a.de.bornay@gmail.com